Qui êtes-vous ?

Ma photo
Il y a de cela plus de quarante ans l’administration qui me verse actuellement la retraite avait comme slogan de recrutement « Une carrière dynamique aux itinéraires variés » Avec feu mon épouse nous avons été comblés ; en effet : Normandie, Périgord, Nouvelle Calédonie, Charente, Cantal ,Tarn et Garonne et Mayotte sont dans l’ordre chronologique les destinations professionnelles qui nous été proposées et que nous avons acceptées . Toujours passionné par la nature au fur et à mesure des mutations et de nos voyages je me suis de plus en plus intéressé à l’observation des oiseaux et je me suis mis à les photographier à titre tout à fait amateur. Mes premières photos ont été réalisées avec des « Bridges »,certaines l'ont été grâce à la technique de la digiscopie (Photographie réalisée à partir d’une lunette d’observation Leica couplée à APN) .J'utilise maintenant un reflex Nikon D500 avec objectif Tamron 150/600 et aussi un hybride Panasonic GX8. Je réside à Audenge près du Teich sur le Bassin d'Arcachon et juste à côté des domaines de Certes et Graveyron...................................... Voir aussi : http://lemondatiredailes.jimdo.com/

jeudi 28 janvier 2016

Mes photos de rapaces du Mont Perdu Aragon Espagne: Gypaètes barbus, Vautours Fauves , Milans Royaux

Le Gypaète Barbu

Le gypaète oiseau mythique des Pyrénées est le plus grand voilier d’Europe. 
L’adulte est reconnaissable à son poitrail de couleur rouge orangée, à sa longue queue et ses ailes effilées.
Son vol est également caractéristique. C’est un solitaire. On le voit le plus souvent longer les parois et les flancs de montagne à la recherche de quelque pitance à se mettre dans le bec. Os débris de peau, tendons et ligaments, tout fait ventre.
En Aragon, le gypaète barbu à fait l’objet d’un vaste plan de protection.Sa population actuelle est estimée à 80 couples.
Qu’il advienne qu’une vache meure, les charognards accourent festoyer. Posé sagement à l’écart, le gypaète attend timidement son heure pour profiter des reliefs du repas. Débris d’os, déchets de peau constituent son ordinaire.  Selon une technique éprouvée, il se saisit des os, grimpe en altitude et les précipite dans les rochers pour les briser.
Cette curieuse habitude lui vaut en Espagne le nom de « Quebrantahuesos » signifiant « briseur d’os. » Selon la légende, le dramaturge grec Eschyle serait mort, le crâne explosé par une carapace de tortue lâchée par un gypaète. Un oracle lui ayant prédit qu’il mourrait écrasé par une maison, il avait décidé de vivre en plein air. Il n’avait pas prévu qu’une « maison de tortue » puisse accomplir la funeste prédiction.
Dés la sortie du nid, le jeune se fiance et entreprend une longue exploration de la chaîne à la recherche d’un territoire libre pour y fonder sa famille.
La taille est comprise entre 1,10 m et 1,50 m, pour un poids de 5 à 7 kg. L’envergure varie de 2,60 à 2,90 m chez les plus grands individus. Le gypaète est l'un des plus grands rapaces européens.
En vol, ses ailes étroites et pointues et sa longue queue cunéiforme lui donnent une silhouette svelte et élancée faisant penser à un immense faucon.
Les juvéniles et les immatures sont brun foncé avec un léger contraste entre le corps et les ailes qui s'accentue avec l'âge. Le plumage évolue progressivement et c’est entre 5 et 6 ans que le gypaète obtiendra son plumage d’adulte. Le plumage de l’oiseau évolue au cours des mues régulières, permettant aux observateurs avertis de distinguer les différentes classes d’âge.
Chez l'adulte, le contraste de son plumage de couleur gris ardoisé aux ailes et blanc à orangé pour la tête et le ventre ne permet pas de le confondre avec les autres vautours. L’iris, de couleur paille, est entouré d’un cercle orbital rouge. Quant aux vibrisses plumes noires qui forment la barbe), elles sont visibles même chez les immatures. Le conduit auditif est recouvert de plumes noires et certains individus portent un collier plus ou moins marqué. Les plumes des pattes recouvrent les tarses jusqu'aux doigts. Il n'existe pas de dimorphisme sexuel net chez cette espèce.

 Photos prises dans le Parc National d'Ordessa et du Mont Perdu en Aragon Espagne le 20/11/2017 (Nikon D500 et Tamron 150/600)































Les Vautours Fauves
















Les Milans Royaux









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tous les commentaires sont les bienvenus

Mes photos au Domaine de Certes Graveyron à Audenge (33980)

Pour visionner les photos Plein Ecran : cliquer sur une des photos du blog et faire défiler en bas en cliquant sur les miniatures en...